SOEUR SAINT-AMBROISE
(Odiana Cayouette)
1899 - 1971

Enfance et formation religieuse

Odianna Cayouette est née à Saint-Prime en 1899; en 1907, à la suite du décès de sa mère, elle est placée à l’Orphelinat de l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier. C’est à cet endroit qu’elle reçoit une formation intellectuelle, morale et pratique qui lui servira toute sa vie.

Origine

Saint-Prime (Lac Saint-Jean)
Années de service

1941-1955
Spécialités

Première hospitalière

Particularité

 

Fondatrice et directrice de l'Hôtel-Dieu Notre-Dame-de-l'Assomption de Jonquière

Formation et expérience professionnelle

En 1915, elle fait son entrée au noviciat dirigé par sœur Sainte-Marguerite-Marie (Azilda Gauthier, 1880-1958); deux ans après, elle fait ses vœux perpétuels et devient sœur Saint-Ambroise. En 1919, elle est nommée à l’Orphelinat; en 1923, elle fait ses premières armes auprès de l’économe, elle s’occupe de la ferme et, afin d’en obtenir un meilleur rendement, elle s’inscrit à un cours par correspondance donné par l’École d’Agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Pendant quinze ans, elle travaille à répondre aux besoins des employés de l’Hôpital et des religieuses de la communauté

En 1938, la communauté fonde l’École des infirmières dont sœur Saint-Ambroise devient l’une des premières infirmières diplômées. En 1941, la communauté la nomme directrice de cette École. En 1944, elle est choisie comme Première hospitalière, pendant onze ans elle donne satisfaction à ses sœurs, aux médecins et à tout le personnel hospitalier. Pendant ces années, sœur Saint-Ambroise donne un essor nouveau à l’hôpital. Une organisation plus structurée apportera une amélioration remarquable et facilitera le travail professionnel. L’acquisition d’équipements tels qu’un électrocardiographe en 1945, un nouvel appareil radiologique en 1946 et une tente à oxygène en 1947, ainsi que de nouveaux services, témoignent du développement scientifique de l’hôpital, mais c’est peut-être le laboratoire qui exprime le mieux cette réalité. Un progrès s’amorce, une ère nouvelle se lève pleine de promesses pour l’avenir de l’institution sous la supervision de sœur Saint-Ambroise.

Hôtel-Dieu Notre-Dame-de-l'Assomption de Jonquière

En 1955, afin de répondre aux demandes de l’autorité, elle accepte la direction du nouvel hôpital de Jonquière. Sœur Saint-Ambroise connaissait bien le rouage de l’administration d’un hôpital, puisque par expérience elle avait mis la main à la pâte dans les fonctions déjà assumées. Sous sa direction, le nouvel hôpital de 250 lits répond à toutes les exigences modernes.

Ses dernières années

En 1964, elle poursuit son travail à Québec à titre d’économe générale à la Fédération des Augustines. Elle revient à Chicoutimi en 1971. 


Conclusion

Pendant toutes ces années, grâce à sa formation et à sa riche expérience, sœur Saint-Ambroise a marqué l’évolution du système hospitalier tant à Chicoutimi qu’à Jonquière. Pour toutes ses réalisations, elle mérite sa place comme Membre émérite du Centre de santé et de services sociaux de Chicoutimi.

 
 
   Politique de confidentialité |  Réalisation
(c) Gouvernement du Québec, 2008