SOEUR MARIE-ANNE DE JÉSUS
(Jeanne d’Arc Guillemette)
1935 -

Enfance et formation religieuse

Jeanne d’Arc Guillemette est née à Mistassini, au Lac-Saint-Jean, au milieu des années 1930. Elle fait ses études primaires et secondaires dans l’école paroissiale de son village. En 1952, elle se présente à l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier pour y travailler et y connaître sa vocation. En 1953, Jeanne d’Arc Guillemette fait son entrée au noviciat de la communauté des Augustines de Chicoutimi. Elle est accueillie par soeur Saint-Louis-de-France[1], supérieure, et par soeur Marie-de-l’Eucharistie[2], maîtresse des novices. Peu après, celle-ci devient supérieure et sœur Marie-du-Saint-Esprit[3] prend la responsabilité du noviciat. C’est elle qui l’initie au charisme de la communauté. À sa profession, elle recevra le nom de sœur Marie-Anne-de-Jésus.

Origine

Mistassini
Années de service

1960 à 1966  -  1983 à 1987  -  
1993 à 1996
Spécialités

Soins infirmiers - Service bénévole

Formation et expérience professionnelle

Après sa profession, elle complète des études à l’école Mater Amabilis[4]. Par la suite, elle entreprend son cours à l’École des infirmières[5] où elle obtient son diplôme en 1960. Après ses études, elle devient surveillante de nuit aux départements de la pédiatrie, de la contagion et à la pouponnière. En 1969, elle termine son baccalauréat en Sciences infirmières à l’Université de Montréal.

En 1970, elle est co-responsable de l’implantation de l’option de Techniques infirmières au Séminaire de Saint-Georges en Beauce. Elle y enseigne pendant 10 ans et elle travaille à l’Hôpital de Beauce avec ses étudiantes pour les initier aux soins des malades. En 1980, elle travaille à COuple – FAmille – VIE (centre COFAVIE) et y enseigne les valeurs de transmission et de respect de la vie.  Dans la même période, elle complète son baccalauréat en théologie à l’Université du Québec à Chicoutimi.

En 1983, elle fonde le Service bénévole de l’Hôpital de Chicoutimi et en devient la responsable. Ce service a comme objectif général de travailler en collaboration avec le personnel de l’hôpital et d’intensifier toujours davantage l’aspect humain et chrétien du milieu hospitalier. Elle quitte ce service, en 1987, pour servir la communauté comme assistante-supérieure. Son mandat terminé, elle revient de 1993 à 1996 au  service qu’elle avait fondé.


Conclusion

C’est grâce à sa formation religieuse et personnelle, ses diverses expériences auprès des malades et des étudiantes infirmières de même que ses connaissances que sœur Jeanne d’Arc Guillemette a mené à bien l’organisation du Service des bénévoles de l’Hôpital de Chicoutimi[6]. Ce service qui fonctionne depuis 1983 a répondu aux demandes et a soulagé des milliers de bénéficiaires. C’est à l’instar des ses fondatrices et de ses devancières qu’elle poursuit l’application du charisme des Augustines de la Miséricorde de Jésus. Pour toutes ses réalisations, elle mérite sa place comme Membre émérite du Centre de santé et de services sociaux de Chicoutimi.

[1] Eugénie Mathieu, 1887-1985.
[2] Yvonne Deslauriers, 1889-1983.
[3] Gracia Savard, 1906-1993.
[4]

Cette école a été fondée par la communauté afin de permettre aux jeunes de compléter 
des études.

[5]

Cette école fondée en 1938 a fermé ses portes en 1969.

[6] Devenu le Centre de santé et de services sociaux de Chicoutimi.

 
 
   Politique de confidentialité |  Réalisation
(c) Gouvernement du Québec, 2008