CAPSULE NO. 19

 
            En 1926 après le départ des orphelines, ce fut un branle-bas
            général : réparations d’urgence, aménagement des étages 
            inférieurs pour les hommes et les enfants, division du vaste
            dortoir en salles communes pour les femmes et les fillettes, 
            et cela à travers le va et vient constant des malades. Quatre-
            vingt lits de plus allaient à peine répondre aux besoins de
            l’heure.